Kampti mon village.

Kampti mon village!

Salut!

Pour mieux me connaître et connaître également le Pays Lobi, je vais vous parler ici de mon village qui s'appelle Kampti.

La Commune Rurale de KAMPTI

Toutes les autres cartes sur KAMPTI en cliquant sur le lien ci-dessous:

La commune Rurale de Kampti.rar

L'origine du nom de mon village

 Mon village s'appelle Kampti (encadré sur la carte ci-dessus. Il est situé à environ 450 km de la capitale de mon pays qui est Ouagadougou, dans le Sud-Ouest du Burkina faso. Kampti est une commune rurale du burkina faso d'environ 7468 âmes. En terme de nombre de conseillers, c'est la plus grande commune rurale du BURKINA FASO. Cent treize (113) villages forment la commune rurale de Kampti. Ces villages sont: Bagnidouo, Bankoura,Bantara,Bodana, Bankuera, Belfelela, Bokona,Bodemena, Boukolou, Boussoura, Dananiara1, Dananiara2,Dandgara, Danhouassara, Dargbara, Diepera, Difetara,Dindou,Dininemira,Dinkafira, Djèpèra, Donhomena, Doukoumera, Fofora, Galgouli, Gbakonoco, Gbalara, Gbangankora, Gnelintara, Gbantara, Gongonboulo, Gongone, Gongontionao, Gon-yiora, Gotakpoulala,Gwelfèlèla, Guirina,Ihoura, Irino, Kampti-Lobi, Kelingbara,Kohinen, Kompi, Konakièra, Kongara,koroho, Kotikora, Koulantionao, Konkouna,Koursièra, Kpantionao,Kpapira, Kparanta, Kpatoura, Kpintana, Kuèkuèra, Kunkana, Larbi, Latara, Lèba, Lermitera, Logolona, Louktianao, Mamina, Mintara, Mouléra, Naboundjira, Nambira, N’dangbara, Niamina, Niaminséo, Nimpira,Niokara, Nionboulola,Nokindjoura, Nokpadouo, Nouonkpalala, N’tompira, N’tonhéla, Olkoro, Ouadaradouo, Ouarbio, Ouationao, Oulnana, Passena, Pièna, Pola-Kampti, Pokarana, Poniro, Poltianao, Sakalao ,Sambitèra, Sangbatara,Sangoulanti, Setoudouo, Sorombora, Takpouloula, Tiemana, Timbiela,Tinkakpèrèra, Tinkiro, Tintoura, Tiobièl, Tiopanao, Tohevera, Tiopolo, Tiosséra, Tobinkora, Tobroura, Tognora, Tompéna, Tompomena, Torkora, Tormana, Tobinkoura, Torohiri, Tountana-Sèboura, Yolonhiera.La commune rurale de Kampti fait frontière avec la côte d'Ivoire  et de ce fait elle a été touchée de plein fouet par la crise Ivoirienne. Espérons que tout rentre dans l'ordre et que tout roule comme avant dans ce pays frère puisque l'histoire et la géograhie nous unies.

Kampti est peuplé à majeure partie de Lobi (autotchones) mais aussi des Dioula(Marka) des mossi des peulhs... En rappelle le peuple Lobi;en fait toute la grande famille des Lobi y compris les Dagaras sont acéphales c'est à dire des peuples dont leur structure sociale ne comporte pas de chef à proprement parlé. Ce sont des peuples libres, pas du tout anarchistes, mais qui pour rien au monde ne veulent perdre ce droit qu'est la liberté.  Venus du Ghana voisin après avoir traversé le Mouhoun les lobis se sont installés dans dans la frange Sud-Ouest du Burkina faso et surtout au Nord de la Côte d'Ivoire. Ainsi mon village Kampti a été fondé par Sib Mankou (Sib est le nom et mankou est vraissemblablement un nom de guerre).Traduit littéralement "Kampti" veut dire "d'ou viens tu?" Il semblerai que quand le prémier colon est arrivé dans mon village il a trouvé une femme qui pillait le mil. Le colon lui démanda le nom de son village et comme le Lobi n'est pas un Homme à se faire marcher dessus; sinon comment quelqu'un peut  oser poser une  question sans daigner saluer; lui Lobi, son Interlocuteur! C'est le comble de l'impolitesse. La femme Lobi qui ne pouvait avaler une telle humilliation lui repliqua nerveusement: "ka fi té" ce qui veut dire "d'ou viens tu ?" et ce que le colon a noté en prénant bien le soin de transformer le "fi" en "mp"; d'où le nom Kampti...(la suite en cliquant sur "→" après la carte)

Les prénoms chez les Lobis

Les prénoms chez les Lobis 

Quand un enfant naît, n'importe où dans le monde c'est une joie pour sa famille. Les Lobis ne dérogent pas à la règle. Ainsi pour célébrer cette joie l'enfant Lobi est présenté au fétiches de sa famille juste après la coupure du cordon ombilical. Un nom lui sera alors donné et comme la succession ou l'héritage chez les  Lobi le nom donné à l'enfant est intrinsèquement lié à la femme: - S'il est le prémier fils de sa mère il s'appelera Sié; et suivant cet ordre on aura: Sansan, Ollo, Koko, Bêbê, thô... Mais dans certains dialectes, Sansan est remplacé par Sami. Chez les Djans, le prénom Sansan dévient Sami et Ollo dévient Olé. -Si l'enfant est une fille elle recevra le nom Yéri; Oho; Ini; Kpini ou Cessere ... si elle est respectivement 1ere, 2 eme, 3eme ou 4eme fille de sa mère. Toujours chez les Djans  le prénom Yéri devient Yéli. Dans le cas où la femme avait auparavant un enfant, si elle se remarie ses enfants porterons les noms suivants de la liste; sans repétition possible entre les noms des enfants d'une même femme. Mais tout de même dans une famille polygame on se retrouve souvent avec 3 Sié dans la même famille: Sié de telle femme et Sié de telle autre. S' il arrivait que la liste de nom s'épuisait ou très souvent par des concours de circonstances d'autres noms sont prévus. On peut citer en exemple: Koumbou (petit homme), Kersiè (fille claire) Koumblo (homme blanc; albunos), Thibo (enfant né apres le déces de son père), Nibo (enfant né juste avant le déces de sa mère),Naba et Djami (pour les cas de jumeaux), des noms des fétiches protecteurs de la famille ou du village (surtout quand l'enfant à été gravement malade dans son enfance et que les parents ont eu recours à ceux ceux-ci pour sa guérison par exemple Oualkoye, Tilkaa etc) mais également des noms de rivières. Mais le vrai nom Lobi se gagne, il ne se donne pas. En effet on peut qualifier tous ces noms cités ci dessus des noms  pour enfants et adolescents. Pour avoir un vrai nom Lobi il aller à l'initiation. Car ici on ne pas se limiter au mot initié puisque l'initiation chez  les Lobi c'est un voyage, un pélérinage. Ainsi, chaque 7 ans tous le peuple Lobi(Lobi, Djan, Birifor, Dagara, Wilé, Tounis ...) du Burkina et du nord de la Côte d'Ivoire font un pélérinage vers le Fleuve Mouhoun frontière entre le Bukina Faso et le Ghana, symbole du retour aux sources et surtout du souvenir de la grande migration car c'est en effet ce fleuve que tous les Lobis ont traversé dans l'espoir d'une vie meilleure ailleurs. A l'issue de ce  pélérinage et la formation qui s'en suit le jeune Lobi recevra un vrai nom, son nom d'homme, un nom définitif.

L'initiation en pays Lobi

Le lieu de l'initiation: le fleuve Mouhoun ou Volta River au Ghana

 

Les prémiers jours Aux prémiers jours de l'initiation il ya tout d'abord le son du tambour de l'initiation avec cette musique si particulière qui pénètre intensement dans le corps de l'averti à savoir le petit Lobi. A la suite du tambour qui commence depuis la brousse vient le chant qui rapelle aux nons initiés "les Djankouman" que le jour du jugement est arrivé. Le jour ou toutes les sanctions vont tomber sur l'enfant impoli; irrespectueux, mal aimé aussi... Ainsi après le son de ce tambour tout Djankouman ou non initié ne devrait plus être apperçu hors de sa case. C'est donc le jour de la débandade s'il vous trouvait loin de chez vous. Je porte toujours une cicatrice à la cuisse gauche qui me rapelle encore cette folle journée de ces temps d'aprés recolte comme si c'etait hier : ce jour là j'étais parti chercher des tiges de mil pour faire la clôture autour d'un jeune bananier que les porcs étaient sur le point de déraciner. C'est de là-bas que j'ai eu entendu tonner le tambour de l'initiation. Dans mes foulées pour fuir la horde des initiés ; "les Djorbé" à mes trousses et regagner les miens je trébuchai sur une tige de mil et tombai. La tige m'incisa profondement la cuisse mais je réussis à rentrer chez moi sans une goutte de larme, la peur aux fesses. Bref ce n'était qu'un accident et c'était l'initiation... Donc aux prémières heures de l'initiation c'est la chasse aux non initiés. Ils sont traités de tous les maux de la société Lobi et fouetés s'ils n'étaient pas respectueux des parents, des initiés ou tout simplement des ainés. Cette période est également celle des grandes cahettes. Le pays lobi étant une région trés accidentée on y rencontre beaucoup de grottes. Si pendant les proménades on en decouvrai une , elle servait pour ces situations là. Je connais un ami qui, pour fuir les coups s'est caché dans une grotte pendant au moins une semaine. (Il se pourrait que vous en sachez plus sur son histoire s'il le veut bien). Quelques jours après la chasse aux non initiés, des groupes arrivent par vagues successifs selon la lignée des uns et des autres. Ils restent aux alentours du village mais toujours en battant le tambour de l'initiation et les chants qui vont avec. Des messagers sont envoyés pour annoncer que les descendants de tel illustre Homme partent pour l'initiation de leur progéniture. Ceux qui se reconnaissent de cet Aeuil envoient leur progéniture avec nourriture, plats, quelques vêtements, des objets de culte des cauris de l'argent et des accompagnateurs pour assister les plus faibles. Ces groupes suivront ainsi exactement les pas qu'a suivi leur ancètre avant qu'ils ne soient à leur village actuel. J'avoue qu'en fonction des groupes c'est à dire en fonction de la descendance du non initié les itinéraires changent ainsi que les methodes également. Certaines familles envoient leur descendance à l'initiation avec comme accoutrement rien que des cache-sexes alors que d'autres tolèrent que le non initié porte même des chaussurres. Et compte ténu de la périodicité de l'evènement assez étalée (chaque sept ans),un enfant de sept ans qui n'a pas pu participé à une initiation qui a lieu par exemple cette année, aux initiations prochaines celui-ci aura 14 ans et si c'est une fille, vous comprenez que si elle ne doit porter qu'un cache-sexe c'est cas même compliqué...

La marche

Elle est pénible et pleine d'embuches. Elle varie en fonction de la situation géographique des uns et des autres. Pour certains elle vaut 200 km l'aller-retour, pour ceux de mon village par exemple il est d'environ 100 km l'aller-retour. Les initiés font ce trajet à pied et souvent sans chaussures puisque certains groupes l'interdisent. Ils dorment là où la nuit les trouve et dans certains villages s'ils ont la chance. Ici l'homme est mis face aux autrocités de la nature et il doit survivre s'il est Lobi accompli. Celui qui succombe sur la route de l'initiation on dira que le Fleuve (Mouhoun) l'a pris, l'a emméné et il n'aura pas de funérailles. Mais tout au long de l'initiation la nuit des léçons d'hommes sont données aux hommes; les qualités comme la bravoure, la solidarité, ... certaines léçons sur la manière de gerer la famille et bien de choses encore... Pour les femmes des léçons leur sont données par les accompagnatrices sur la séduction et la gestion de la famille. Pour palier aux ruptures de provisions qui peuvent survenir au cours du voyage, chaque groupe tente de rejoindre autant que possible les grandes localités de la région. C'est ainsi que Gaoua plus grande ville du Sud-ouest du Burkina Faso est incontournable pendant les initiations. Sitôt les provisions achetés le groupe se met en route vers le rendez de chaque sept ans: le fleuve Mouhoun car quelque soit sa descendance, son dialecte (lobiri, birifor,djans, dorossié, wilé, touni ...) tout le peuple Lobi est unanime, "Nous avons tous traversé le Mouhoun pour de meilleures terres et nous devons nous en souvenir".

A très bientôt pour savoir ce qui se passe au bord du fleuve Mythique et aussi pour savoir comment se donnent les noms.

Amicalement KAMBOU Benjamin.

 

 

19 votes. Moyenne 4.05 sur 5.

Commentaires (19)

coulibaly soungari faustin
  • 1. coulibaly soungari faustin (site web) | 18/01/2017
je suis content de vous lire j'ai eu de très bonnes informations je profite information pour rechercher un ami de longue date du nom M KAMBIRE SYLVESTRE SON GRAND FUT ENSEIGNANT DANS MON EN CI à l'EPC boniérédougou DANS LES ANNEES 1973 à1977
du nom de M kambiré je suis culibaly soungari faustin nous étions très jeunes mon venait de faire la classe j'aurais appris qu'il un corps habillé à bobo au BURKINA
dia
  • 2. dia | 21/11/2013
comme c'est beau courage!!!!!!!!!!!!!!!!
Mutuelle complémentaire santé
  • 3. Mutuelle complémentaire santé (site web) | 05/09/2012
c'est la première fois que j'entends parler de ton village. j'espère un jour avoir la chance de m'y rendre car tout me parait intéressant et attractif

Bien à toi

Brigitte de http://www.mutuelles.org
Da warhine
  • 4. Da warhine | 27/06/2012
Bonjour! Cher frère
je suis tres ravis de decouvrir ce travail gigantesque accompli . je pense que l'oeuvre est louable et mérite tous nos encouragements. Je suis très ému également par les commentaires des uns et des autres.
BOUDA Sidpagnangdé
  • 5. BOUDA Sidpagnangdé | 27/06/2011
bonjour!
je suis très ravi de découvrir votre site.tu m'as beaucoup aidé car un stagiaire a l'ENSK que je suis,et étant donné que je servirai dès l'année prochaine dans le SUD-OUEST,je cherche à le découvrir.parlez-en beaucoup plus à moi.merci!
POODA SANSAN KOFFI
  • 6. POODA SANSAN KOFFI | 30/08/2010
Bonjour!
Je viens de decouvrir votre site cher frère, et suis-je très content de vous lire.Que Dieu tout puissant vous donne les atouts nécessaires à aller de l'avant,en découvrant plus de choses cachées afin de pouvoir atteindre vos objectifs.Au fond du coeur je suis avec vous.Soyez béni!

Mr POODA Sansan Koffi
Hien Mohamed philippe
  • 7. Hien Mohamed philippe | 25/07/2010
Merci de veiller et de répondre à nos sollicitations.Je n ai pas la confirmation,mais je pense qu il y a un aîné a moi qui poussait la recherche sur la question. Le frère Kambou Balirè Jerome, brillant unIversitaire en son temps qui a été pour nous une réference. Il a travaillé sur le sujet avant son départ en France au début des années 2000. Dépuis je n ai plus de ses nouvelles et la suite du travail. Cependant je pense qu il doit y avoir des travaux.
Commentaire de Kambou: Encore merci au frère Philippe HIEN de la Côte d'Ivoire. Je me charge de trouver le grand frère en question Monsieur KAMBOU Balirè Jerome. En tout cas, s'il a passé sur le net incessamment, je le retrouverai. Merci infiniment.
Hien Mohamed philippe
  • 8. Hien Mohamed philippe | 24/07/2010
Salut cher frere,je tiens a la suite de mes predecesseur t'adresser mes sincères félicitations pour le courage dont tu fais preuve en osant aborder une question aussi sensible,mais passionnante pour nous lobis ainsi que pour tout ceux qui s'interessent au peuplement des terres Ouest africaines.La question succite un interet particulier pour nous Lobis de côte d'Ivoire, eu egard à la crise socio-politico militaire qui semble très souvent tirer ses causes dans la délicate question identitaire. Aussi je souhaiterai rebondir sur la question, et emboiter le pas au Docteurr pour t'exhorter à faire preuve plus de perpicacité et de rigueur dans la démarche. Donc pousser plus loin la reflexion,les recherches de sorte que les informations soit des plus tangibles, notament sur l épineuse question des origines et donc du cheminement, tout en prenant en compte la nature particulièrement enrichissante du statut d'agriculteur nomade qu'est le LOBI à l'origine. La question appelant nécesseraiment un regard introspectif sur le partage de l' Afrique par les colonisateurs. Cette situation qui balafra pour toujours notre beau continent au seul gré de leurs interets du moment, bien entendu au détriment des réalites africaines. Je ne saurais avoir ni la pretention,ni l'audace d'épuiser ici et maintenant toute la problématique liée au sujet,je me permet humblement de succiter quelques pistes de reflexions a travers tant d'autres, pour une étude qui mérite et nécessite d'être ménée,et que je n'ai pas le courage d'entreprendre. Cependant Bon courage et que d'autres âmes,LOBI ou pas se joingnent à toi pour éclairer les lanternes des uns et des autres. Bon vent à toi!
Commentaire de KAMBOU: Merci beaucoup mon frère. Le sujet sur l'origine des Lobi est très passionnant! Je ne pensais pas pouvoir mobiliser autant d'interêts. Alors je dis ceci: Ya t-il un universitaire Lobi ou non qui peut encore nous éclairer sur la question à travers ses écrits? Ou encore un universitaire Lobi ou non peut-il nous aider à pousuivre cette recherche? Tout apport à l'oeuvre de reconstruction de l'histoire du peuple Lobi sera reconnu à sa juste valeur. Merci à tous!!!
kambou maxime
  • 9. kambou maxime | 28/06/2010
Je suis réellement emu après la lecture de tes textes merci pour tes efforts.
Ce site ma beaucoup édifié car j n'ais pas eu
la chance comme toi de beaucoup fréquenter le
milieu lobi je suis né à Ouaga grandi dans cette localité maintenant je suis au bénin. actuelment je ressens ce vide en moi je comprends pas ma langue, j suis pas initié, plus de parents directs au village pour me guider tout cela m'attriste très souvent. a mes congés 2009 j'étais à Gaoua pour retracer un peu la vie de ma famille ( pétit fils de toutourté philippe kambou, pharmacien à gaoua ) mais je me suis vu bloquer par le temps je compte y retourner bientôt. j'essayerai de te contacter peut être que tu pourras m'aider sur ceux bonne chance et merci
kambou nazaire
  • 10. kambou nazaire | 19/04/2010
Bonjour Benjamin,

Tu as entrepris un très bon boulot en faisant découvrir quelques facettes de kampti et ses environs. Tu as mon soutien.Restons discrèts ne disons pas tout sur ce qui fait notre force.


à bientôt frère
dah christophe naba
  • 11. dah christophe naba | 21/12/2009
bonjour benjamin stop bien recu ton msg et je te felicite stp a titre d'information je suis jumeau et les vrais noms en lobi c'est :djia et naha stop tu t'informes et tu me donnes la suite stop docteur hollo a deja pose cette question avant d'immigrer par le ghana /bf/cote d'ivoire ou etaient les lobis stop j'aurais appris que le lobi se parle en centreafrique stop continue toujours tes recherches a bientot dah a abidjan stop et fin
annelise
très bien ce texte, demanderait à être développé. serait interessée par d'autres recherches ou témoignages de ce genre sur les lobi
Alain LEFLON
  • 13. Alain LEFLON (site web) | 14/09/2009
Bonjour,
Je suis secrétaire de l'association dont tu trouveras le site ci-dessus et qui aide le village de Galgouli. J'y ai accompgné une mission de 6 personnes du 22/02 ua 05/03 de cette année.
A bientôt de te lire.

Alain LEFLON
 Hervé Sansan Pooda
  • 14. Hervé Sansan Pooda | 09/08/2009
Mes encouragements et mes bénédictions pour cet intérêt au culturel lobi! Je trouve ta démarche bien louable!
Je suis aussi du village et je trouve tes témoignages très bien!
A bientôt!
KAMBIRE  HOLLO
  • 15. KAMBIRE HOLLO | 10/07/2009
MERCI JEUNE FRERE. FELICITATIONS. MAIS DES EFFORTS POUR NOUS DIRE D'OU SONT VENUS LES LOBI POUR S'INSTALLER AU GHANA.

ESSAIE DE CORRIGER UN PEU TON TEXTE. JE M'INTERESSE AU SUJET.

MERCI ET A TRES BIENTOT...

Dr KAMBIRE HOLLO, ABIDJAN, COTE D'IVOIRE
kambire sylvestre
  • 16. kambire sylvestre | 10/04/2009
bonjour ! je pense bien qu'au travers de ce site,certains lobi ou natifs de ce beau village s'evertueront au changement,au développement de leur terre qui a entendu leur prémier cri d'enfance.BRAVO BENJA. K.SYLVESTRE Etudiant en maitrise de gestion( cote d'ivoire)
Lydie
Je suis également, très touchée par ce que je viens de lire Image
Merci
Amicalement,
Lydie
genevieve
je te felicite pour ton site trés riche et interessant.
je suis membre active d'une asso qui oeuvre à galgouli.donc tes explications sur l'inititation et ton village m'ont touché
je fais un lien sur mon site de ton blog
cordialement
Genevièeve
Véronique
  • 19. Véronique | 09/02/2009
Bonjour,

J'ai découvert votre site en recherchant des tests pour ma fille qui doit passer un concours.
En fait, je suis contente de découvrir le pays où mes parents se sont mariés et m'ont conçue. Ils n'y sont pas restés très longtemps car mon père a été malade, et je suis donc née en France.
Je ne manquerai pas de transmettre votre adresse à mon père.
Cordialement,
Véronique

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/07/2015